SENTENZA DIRETTA E PRINCIPALE

* La Casa Reale è anche in possesso di sentenza indiretta n. 0302bis/2015 del 29 giugno 2015 da parte di un Tribunale Internazionale Nobiliare dove si conferma che le titolature concesse dalla stessa sono veritiere.

 

* Ulteriore riconoscimento indiretto e Ufficiale proviene dal Cronista d'Arma del Regno di Castiglia e Lion  Don Alfonso De Ceballos-Escalera Y Gila Marchese de la Floresta (Monarchia Spagnola) dove viene registrato e riconosciuto un titolo Baronale conferito dalla Casa Reale di Cefalonia e registrato in Segovia nell'archivio di detto cronista il 29 febbraio 2016 al numero 11/2016 e a cui sono stati posti i sigilli notarili in Madrid il 9 marzo 2016 registrato nella sezione B  foglio 293. 

 

* Ulteriore sentenza indiretta n. 5/2016 del 14 giugno 2016 da parte di un Tribunale Internazionale Nobiliare dove si conferma che le titolature concesse dalla stessa sono veritiere.

 

* Ulteriore riconoscimento indiretto si è avuto da parte del Registro Araldico Italiano - Marchese Vittorio Spreti al numero di registro 1/16/1 in data 13 giugno 2016.

bollettino-ufficiale-corte nobiliare.pdf
Documento Adobe Acrobat 2.0 MB


2013

Vidamie And The Episcopal "fons honorum"

By

Claude CHAUSSIER

Lord of Montjoy (U.K.)

 

  

The Past And Actual Right Of The Bishops To Create Vidames

The Title Of Vidame

In its juridical study entitled “Les diverses espèces de noblesse... “[The diverse kinds of nobility...] Claude François Ménestrier (XVIIIth century) defines the Vidame as “...a secular lord who represented the bishop in the exercise of temporal justice and in the command of armies incompatible with the episcopal nature.” (p.498) To these judicial and military powers various powers according to each dioceses were added: Collection of tax, guard of the episcopal palace and management of the estates of the bishop. Such was the charge of the Vidame during the Carolinian epoch until the 15th century. Later it consisted only as an honorary title and some feudal aspects until the French revolution. The hereditary titles received before the French Revolution are still valid today by few noble families, foremost in France. As the episcopal charge of "vice dominus" (Vidame) is nowadays more that of a venerable historical element, the honorary and noble title of Vidame is granted full legitimacy to deserving Christians by bishops of various denominations. A bishop thus restores this ancient honorary title if he so pleases.

The episcopal “fons honorum”

Indeed, in accordance with an ancient tradition now older than a millennium, the Bishops, Archbishops, Abbots of monasteries, but also the Metropolitans (Metran) and Patriarchs possess a real "ius honorum", which is exercised only partly. The “ius honorum” is the prerogative and the right of a sovereign (and/or spiritual) power, authorized by the law and/or the custom to create and to grant the nobility, noble titles, the knighthood, coat of arms, and honorary decorations and distinctions of merit. The "fons honorum” (source or fountain of honors) rests within the person, the assembly or the elected body entitled to the “potestas” or to the public powers as materialized by the political or spiritual sovereignty, and sometimes both. The “fons honorum” is within a reigning or abdicated monarch (in exile) or the head of royal houses. Usually the latter ones don’t grant nobility and noble titles, but only chivalric dynastic orders and honorary decorations. The “fons honorum” finds also its source in an organized and instituted religion. It is just simply confided to the supreme or local head of such church. The pontiffs, bishops, etc., who are by tradition and by historical right have held in past times all the “ius honorum” and thus retain still some of its prerogatives. Among these ones, is the right to create orders of chivalry, to grant knighthood and decorations of merit, such as the Chivalric Order of the Holy Cross (by the late Greek-Melkite Patriarch Maximos V Hakim), the Order of Saint Stephen (by the late Cardinal König of Vienna), the Order of Saint Augustine (by the Anglican Archbishop of Canterburry) , the Order of the Mount Athos, the Order of Saint Andrew the Apostle (by the late Oecumenical Patriarch Athenagoras), and the Holy Chivalric Order of St. Michael the Archangel (by Archbishop Mar Melchizedek, Eparchy of Nebraska), as well as the Medal of Merit of Saint Rombaut (Cardinal Danneels, Archbishop of Brussels) etc..The Roman Order of the Holy Sepulcre is leaded by a Grand-Master who is always a Cardinal. Some Orthodox patriarchs and bishops grant the nobiliary title of Archon (Oecumenical Patriarchate) and also the title of Vidame. The Roman Pope, as sovereign of the Papal State, the Vatican, has granted for ages the nobility and noble titles, and also as head of the Roman Catholic Church the knighthood, with decorations and medals to deserving persons. Since Pope Paul VI reign, these noble concessions have become rather the exception, yet continue in the appointment of honorary or titular prelates. The episcopal “fons honorum” is more or less extensive in the the Latin and Oriental Catholic Churches. Moreover, in the Byzantine, Oriental and Orthodox traditions, the Abbots of monasteries with episcopal status are considered as heads of “cities of God” ,as in the ancient state-cities of the Greece. Therefore, such Abbots may also be a “fons honorum”, if they so desire. According to tradition, the Orthodox Patriarchs of the national Greek, Russian, Coptic Churches, etc , including the Roman Pope (as Patriarch of Occident or the Latin Church) are also authentic and legitimate sources of honors particularly in the area of knighthood. The Orthodox patriarchs and bishops bestowed since centuries honors of distinction which the help the Church in its spiritual mission, e.g. the Orthodox Patriarchs of Jerusalem, Moscow, the Archbishop of Sinai, the Orthodox Metropolitan or bishop of the Eparchy of Nebraska (U.S.A.) etc. - Religious leaders also grant honors in a sovereign state where the Monarch himself awards honors. In this way the Tzar of all Russia was crowned by the Patriarch of Moscow, as still today the King or the Queen of England being crowned by the Anglican Archbishop of Canterbury and in the past time the kings of France by the Archbishop of Reims. Moreover in the Orthodox tradition, the faithful recognize without hindrance the right of their hierarchs to grant honors because the Canon Law excludes from their side all submission to a temporal authority (although each Orthodox jurisdiction is geographic or national by nature). The “ius honorum” of the Patriarchs, Metropolitans or Bishops was never based on a territorial sovereignty whereas such was generally the case with the Western clergy. Moreover, the actual Canon Law of the Roman Catholic Church recognizes indirectly yet clearly the existence of the “fons honorum” by the Bishops, Archbishops, Patriarchs and their Pope. Let us read specially: Canon 1336, §1-Poenae expiatoriae quae delinquentem afficere possunt aut in perpetuum aut in tempus praefinitum aut in tempus indeterminatum...hae sunt: ...2° privatio potestatis, officii, muneris, iuris, privilegii, facultatis, gratiae, tituli, insignis, etiam mere honorari;...” [Canon 1336: §1-The expiatory penalties which can affect a delinquent, either in perpetuity or for a determined time in advancement...are the following: ...2° the deprivation of a power, an office, a charge, a right, a privilege, a power, a title , a regalia of distinction, also if purely honorary.

 

 

The “potestas episcopalis” And The Episcopal “ius honorum”

From the 8th century on, the episcopal throne is the symbol of the “postestas episcopalis”. The Old Testament brings to the forefront the throne as royal attribute and the throne of God as image of the universal kingship of the Lord and of his infinite glory. This symbol is also directly linked to the imperial throne of Occident and Orient, and to the “cathedra Petri”, the Holy See of saint Peter, pontifical throne and supreme rostrum of the master who teaches.

Moreover the bishops holds a sometimes important part of the public power. In these times he is responsible for the Christians of “his” city". As spiritual father he exceeds rapidly his Church’s mission and assumed also a part of the public mission confided by the State, and that from the Roman Empire up to the "Ancien Régime", and locally even beyond that time. Still from the end of the Roman Empire to the Middle Ages, and especially in several places until the 17Ith century, the “potestas episcopalis”, partially sovereign, makes an Occidental and Oriental bishop a kind of monarch governing his clergy and his believers. The faithful have to be governed in the name of God by the Prince and the Bishop with respectively the “potestas principalis” (power of the Prince) and the “potestas episcopalis” (episcopal power) which are complementary and reciprocal. Thus the authentic episcopal principalities appeared, as well as duchies and earldoms where the bishop enjoyed a temporal and spiritual sovereignty. This also applies partially to the Abbotical power; for instance, in Italy the monastic territories of Cava, Cassino, or still Seborga with its Prince-Abbot, or also bishoprics as the episcopal principality of Liège (Belgium in the sphere of influence of the Holy Roman Empire). In this context of the exercise of the double “potestas episcopalis et publica” by the bishops and sometimes by abbots we recognize the charge of “defensor” (defender) who will later be in charge of Vidames and Advocates in accordance with the “ius honorum” linked to the Titulars of the “potestas episcopalis”.

The Charge of Vidame And Advocate

In this way a law of the Emperor Honorius in 409 A.D. gives the bishop and his clergy in association of with the powerful landlords (“possessores”) the responsibility to elect a “defensor”, the military head and judicial official destined to protect the population of the abuses of the powerful. In 742-743 A.D., under the Roman Pope Zachary, a German Council was held, presided by Charlemagne and assisted by Saint Boniface. At this occasion the Saint does forbids “...to the servants of God always and everyplace to take up arms, or to fight, or still to take part in a war and the military expeditions.”(MGH, Epist. 3,56). Under Charlemagne the charge of advocate (advocatia) appears. The advocate (“advocatus” or "Vogt" in German , or "vavassor" or "Vidame" in England, or "Archon" in the Byzantine world) soon only called "Vidame", was in charge of the judicial and military affairs under the authority of the bishop. The officers remained active throughout the Middle Age. Accordingly, a capitular law of 803 reads: “Let the bishops and abbots have advocates who possess in the earldom their own inheritance. Let there be honest and good ones, with the will to conclude the [judicial] cases according to honesty and justice.” (MGH, Capitularia I, pg.170, 1951).

During May and June of 813 A.D., this charge of Advocate was reorganized by the Church during the Council of Mainz at a time when the Churches of the Occident and Orient were still in full communion, i.e., before the schism of 1054. This local Council took place in Mainz, Germany in the monastery of Saint Alban. It was convoked by order of the Emperor Charlemagne in the presence of four “missi dominici” (representatives of the Emperor), the four Archbishops (of Cologne, Mainz, Salzburg and Worms), thirty bishops and twenty-five abbots and an indeterminate number of laymen. The Fathers of the Council promulgated 56 canons which were enforced first in the empire of Charlemagne. They later became part of the Church for centuries to come as elements of the Western Canon Law. One can find here notably the reminder that the bishop only manages properties of the Church, but he has to be assisted by laymen. Moreover, the clergy are invited to abstain from the secular affairs. Also in its article 50, the Council of Mainz decrees: “Omnibus episcopis abbatibus cunctoque clero omnimo praecipimus vicedominos, propositos, advocatos si deffensores bonos habere.” [We decree that it is good for the bishops, abbots and other clerics to have Vidames, employees, advocates and defenders.]

Louis le Débonnaire (the 'easy-going') (814-840) in the Second Book of Laws, (ch.28) deals also with these affairs as Flodoard in his Second Book of his History (10th century) which describes the duties of bishops, abbots and abbesses indicating “...ut bonos et idonneos (sic!) vicedominos et advocatos haberent, et undecimque fuisset justitias perficerent.” [”...they should have good and capable Vidames and Advocates, and were he should come, they should accomplish acts of justice...”] The charges of Vidame and advocate were never effectively abrogated by any ecclesiastical decree, even if they fell in disuse by the 16th century as an office and in the 19th century as a title of nobility.

The Resurgence of The Title Of Vidame Today

In both the Occidental and Oriental historic tradition, the ancient legislation and Canons agree to recognize today that all bishops, of whatever rank (bishop, archbishop, metropolitan, patriarch), holds the powers of “ius honorum” with at various degrees depending on the episcopal see. As “fons honorum” (source of honors), a Christian bishop, stemming from a legitimate apostolic line, can give decorations and honorary distinctions to deserving persons and may award to clerics title of honorar or titular positions. Additionally, he may grant knighthood or create new Chivalric Orders. Many bishops no longer bestow titles of nobility, except occasionally by the Roman Pontiff. However, some bishops from the Eastern Orthodox Churches grant still personal or hereditary titles of nobility, that of Vidame and Archon - just as the tradition and the ancient ecclesiastical legislation always permitted. This prerogative, although fallen in disuse in the 19th century, was never abrogated and thus rightfully enjoys a legitimate resurgence. It permits today to once again reward these titles to persons who defended with fervor, courage and efficacy the sacred rights of God, the Church, the Faith and the religion, or persons who were giving exceptional services and support.


© Copyright:  Claude CHAUSSIER, COSM - Brussels, Belgium, 2002

________________________________________

FOOT NOTES

(1) Council of Mayence, article 50: “Omnibus episcopis abbatibus cunctoque clero omnimo praecipimus vicedominos, prepositos advocatos sive defensores bonos habere.”

(2) FLODOARD “Historia”, liber secundus, 10th c., Reims: “...ut bonos et idoneos vicedominos et advocatos haberent, et undecumque fuisset justitias perficerent...”

(3) LE CARPENTIER «Histoire générale des Pays-Bas ou Histoire de Cambrai et du Cambrésis», Leyde, 1664, t.1, p.250 : «De sorte que, comme les advoüeez furent jadis establis pour gouverner et défendre les biens temporels des grands et riches monastères et églises, et les chastelains pour maintenir dans le devoir de l’obéissance et dans une bonne discipline les villes et leurs peuples, ainsi les vidames furent particulièrement crééz et choisis pour la protection des Evesques et l’administration de leurs biens.»

(4) François VELDE “The Title of Vidame", article on internet

 

(5) Title extincted in 1698

(6) idem in the XIXth c.

(7) idem in 1788

(8) idem in 1844

(9) idem in 1772

(10) Gille André de la ROQUE “Le Traité de la Noblesse", 1678

BIBLIOGRAPHY

ACTES DU CONCILE DE MAYENCE

DU CANGE, Glossarium

FLODOARD ,Historia, liber secundus, Xth c., Reims

FOUREZ Le Droit héraldique dans les Pays-Bas catholiques, Edition Universelle, Bruxelles, 1932

LE CARPENTIER, Histoire générale des Pays-Bas ou Histoire de Cambrai et du Cambrésis , Leyde, 1664, Gille André de la ROQUE, Le Traité de la Noblesse, 1678.

LUCHAIRE,A., Manuel des Institutions françaises, période des Capétiens directs, Paris, 1892

MORERI, Dictionnaire historique

SAINT-SIMON, Mémoires, Boislisle

TEXIER, A., "Qu’est-ce que la Noblesse?" - Histoire et Droit, Tallandier, Paris, 1988

François VELDE "The Title of Vidame", article on internet.

First edition of 1765-1769

CODE de DROIT CANONIQUE (catholique), par la Société Internationale de Droit canonique et de Législations religieuses comparées, Editions Centurion, Cerf, Tardy, Paris, 1984

FLODOARD, History, second book (10th century)

LOUIS le DEBONNAIRE (the Easy-going), Second Book of Laws, 814-840

MGH (Mélanges Ganshof/Halphen), Capitularia I, p.170, 1951)

MGH, Epistolae 3, 56).

 

 

L’ancien et nouveau titre de noblesse ecclésiastique de Vidame

1. Le titre et l’office de vidame

A l’époque carolingienne (9° siècle) et pendant et après le Moyen Age, les évêques, archevêques et abbés gouvernaient d’importants domaines et territoires. Mais le Droit Canon interdisait aux clercs d’administrer personnellement un territoire féodal ou pré-féodal sur le plan judiciaire et militaire. Par conséquent les évêques et abbés de monastères nommaient des officiers ou parfois des personnes de statut moins important (ministeriales) pour les remplacer.

C’étaient les avoués pour les abbayes et les vice domini (vidames) pour les évêchés. Ainsi dans les Actes du Concile de Mayence nous lisons : «Nous ordonnons à tous les évêques et abbés, et à tout le clergé d’avoir des vidames et des avoués , ou de bons défendeurs comme chefs militaires.»(1) Dans «l’Histoire» de Flodoard (10e siècle) nous découvrons que les autorités ecclésiastiques « …devraient avoir de bons et capables vidames et avoués, et là où ils seraient appelés, ceux-ci devraient accomplir des actes de justice.»(2) Le Carpentier (17e siècle) nous apprend que « …de même manière que les avoués furent établis jadis pour gouverner et défendre les propriétés temporelles des grands et riches monastères et églises, ainsi les vidames ont été particulièrement créés et choisis pour la protection des évêques et l’administration de leurs propriétés.» (3)

Durant le 9e siècle on usait indifféremment des termes d’avoué ou de vidame. Pourtant dès le 11e siècle nous voyons le terme d’avoué réservé uniquement aux protecteurs d’abbayes tandis que les vidames étaient nommés par l’évêque pour le territoire épiscopal. Souvent les avoués étaient de puissants seigneurs locaux. Ils ajoutaient une fonction abbatiale à tous leurs autres pouvoirs, tel que le Roi de France qui, en sa qualité de Comte de Vexin, était l’avoué de l’abbaye de St Denis. Vers le 13e siècle, l’institution des avoués disparut virtuellement. D’un autre côté les vidames n’étaient pas de grands seigneurs, et exerçaient toujours leurs pouvoirs sous le contrôle de l’évêque. A l’origine de simple fonctionnaire les vidames devinrent titulaires d’un office héréditaire comme tous les autres officiers féodaux, la fonction passant au fils aîné, et à défaut à la fille aînée. La femme ou la fille d’un vidame était aussi appelée vidamesse.

L’historien François Velde écrit : «Comme Loyseau le dit dans son Traité des Seigneuries en 1608 (p.153), le vidame est à l’évêque ce que le vicomte est au comte. Son rôle était de gérer et de protéger les domaines de l’évêché, d’exercer au nom de l’évêque la justice épiscopale, de le représenter à la cour du comte, mener les troupes épiscopales à la bataille.(Mais les vidames furent souvent aussi les administrateurs des possessions et domaines épiscopaux et les officiers chargés de récolter les impôts dus à l’Eglise.[note de l’auteur]) La seigneurie d’un vidame (vidamé) consistait en une maison près du palais épiscopal et un domaine dans la ville ou dans la campagne environnante. Ainsi le vidamé de Chartres par exemple consistait en une «parcelle» dans la ville située au 17e s. près des jardins épiscopaux donnant sur la Grand Rue., ou encore la seigneurie de La Ferté-Arnault , rebaptisée La Ferté-Vidame.»(4) Voici les vidamés les plus connus en France : Amiens, Beauvais (Gerberoy), Cambrai, Châlons, Chartres (5), Laon (6), Le Mans(7), Meaux, toute la Normandie, Noyon, Reims, Rouen, Sarlat(8), Sens, Senlis, Tulles…

Le seigneur-vidame était un vassal direct du seigneur-évêque à qui il avait fait hommage et prêté serment de fidélité. L’évêque nommait un nouveau vidame en marquant l’intronisation de son nouvel officier par la remise d’un anneau. Les vidames possédant la capacité armoriale timbraient leurs armoiries d’une couronne particulière. Elle était composée d’un cercle d’or orné de pierres précieuses, surmonté de quatre croix dont trois visibles. Ces couronnes nobiliaires n’entrèrent en usage qu ‘au XVI e siècle. Les vidames étaient parfois des femmes titrées vidamesse.

On rencontraient des vidames principalement dans le Nord de la France, bien qu’il y en eut quelques uns en Angleterre, Allemagne, et dans les Pays-Bas (Belgique et Hollande). Dans quelques évêchés, on usait du titre de vicomte ou d’avoué, comme en Thérouanne, à Cambrai ou Liège en Belgique. L’archevêque de Reims avait un vidame et un vicomte. L’office de vidame ne donnait pas toujours la noblesse. Dans ce cas le vidame conservait son statut antérieur, mais était toujours le réel représentant de l’évêque.

Généralement le titre de vidame était attaché à une seigneurie, et la famille titulaire du titre portait le nom de la seigneurie plutôt que celui de l’évêché. Etant devenu le plus souvent héréditaire, l’office de vidame prit sa place dans la hiérarchie nobiliaire féodale. Les vidames et avoués étaient dédommagés de leurs responsabilités par un office lucratif, honorifique et héréditaire. Ces hauts officiers épiscopaux confièrent parfois leur charge à des personnes de plus humbles origines pour s’occuper des tâches les plus banales de leur office. Souvent ils ne conservèrent que le titre. Dans les Pays-Bas (Belgique et Hollande) ils ne furent généralement pas considérés comme noble, mais en France le titre héréditaire de vidame fut assimilé officiellement à un titre de noblesse situé dans la hiérarchie nobiliaire entre le titre de comte et de vicomte, et à la fin de l’Ancien régime entre celui de vicomte et de baron. Gilles André de la Roque, dans son Traité de la Noblesse, en 1678, écrit : «Pasquier (16e s.) ra nge les vidames après les comtes, et dit qu’ils doivent précéder les vicomtes parce qu’ils représentent l’évêque.» Le titre survécut aussi longtemps que l’Ancien Régime et aussi longtemps que les anciens privilèges lucratifs et honorifiques se perpétuèrent.

2. Un titre de noblesse

Il est certain que tout au moins en France ce titre de vidame a été généralement et officiellement assimilé à un titre de noblesse. En effet le décret révolutionnaire des 19 et 23 juin 1790 interdisant les titres de noblesse abolit aussi le titre de vidame placé alors dans la hiérarchie nobiliaire entre le vicomte et le baron. Mais par contre il ne fut pas habituellement un titre nobiliaire dans les Pays-Bas (Belgique et Hollande), même si son titulaire jouissait parfois des privilèges de la noblesse personnelle de facto. 

3. Le titre de vidame aujourd’hui

Comme l’évêque est titulaire d’une légitime et traditionnelle fons honorum (fontaine d’honneurs), tout au moins pour le titre de vidame, quelques Eglises chrétiennes ressuscitent à nouveau ce titre nobiliaire de vidame ou vidamesse pour récompenser leurs bienfaiteurs et surtout les défenseurs de la foi, de l’Eglise et de la religion chrétienne en général. Ainsi, par exemple, une Eglise canadienne, pleinement reconnue par le gouvernement, décerne des titres de vidame fondés sur une minuscule et symbolique terre considérée comme «seigneurie féodale» (sic!). Ce problème est aujourd’hui complètement obsolète et un réel anachronisme. En effet après l’Ancien Régime et dès le 19e s. les nouveaux titres de noblesse sont liés au nom patronymique et non pas à une seigneurie ou une quelconque terre titrée. Dans cette ligne la Eparchie de Nebraska décerne aujourd’hui motu proprio le titre viager ou héréditaire de vidame ou vidamesse aux personnes méritantes ou sur requête aux bienfaiteurs de l’Eglise. Aussi Sa Grâce le Très Révérend Mar Melchizedek, Metran de Eparchy de Nebraska (U.S.A.) a promulgué un décret restaurant cet ancien titre ecclésiastique.


NOTES

(1) Concile de Mayence (9e s.), article 50 : «Omnibus episcopis abbatibus cunctoque clero omnimo praecipimus vicedominos, prepositos advocatos sive defensores bonos habere.»
(2) FLODOARD “Historia”, liber secundus, Xth c., Reims: “...ut bonos et idoneos vicedominos et advocatos haberent, et undecumque fuisset justitias perficerent...”
(3) LE CARPENTIER «Histoire générale des Pays-Bas ou Histoire de Cambrai et du Cambrésis», Leyde, 1664, t.1, p.250: «De sorte que, comme les advoüeez furent jadis establis pour gouverner et défendre les biens temporels des grands et riches monastères et églises, et les chastelains pour maintenir dans le devoir de l’obéissance et dans une bonne discipline les villes et leurs peuples, ainsi les vidames furent particulièrement crééz et choisis pour la protection des Evesques et l’administration de leurs biens.»
(4) François VELDE “The Title of Vidame", 
article sur internet.
(5) Titre éteint en 1698,
(6) idem au XIXe s. 
(7) idem en 1788
(8) idem en 1844 
(9) idem e 1772
(10) Gille André de la ROQUE “Le Traité de la Noblesse", 1678.

BIBLIOGRAPHIE

 

ACTES DU CONCILE DE MAYENCE 
DU CANGE, Glossarium
FLODOARD, Historia, liber secundus, Xth c., Reims
FOUREZ Le Droit héraldique dans les Pays-Bas catholiques, Edition Universelle, Bruxelles, 1932
LE CARPENTIER, Histoire générale des Pays-Bas ou Histoire de Cambrai et du Cambrésis , Leyde, 1664
Gille André de la ROQUE, Le Traité de la Noblesse, 1678 
LUCHAIRE,A., Manuel des Institutions françaises, période des Capétiens directs, Paris, 1892
MORERI, Dictionnaire historique
SAINT-SIMON, Mémoires, Boislisle
TEXIER, A., "Qu’est-ce que la Noblesse?" - Histoire et Droit, Tallandier, Paris, 1988
VELDE, François, “The Title of Vidame", article on internet.

Professeur Claude Chaussier

Past Professor Université de Lille

 

Lord of Montjoy (U.K.)

 

 

LA CONCESSION DE TITRES DE NOBLESSE PAR LA MAISON ROYALE,

PRINCIERE ET DUCALE DE PERNA

 

 I

 

Fons Honorum accordée par

la Lutheran Orthodox Church (Virginia-U.S A.)

à don Guerrino Perna

 

 

I. LA CONCESSION DE TITRES DE NOBLESSE PAR LA MAISON ROYALE,

PRINCIERE ET DUCALE DE PERNA

 

 

 

Désirs de noblesse

 

Encore aujourd’hui au XXIe siècle certains souverains européens en fonction concèdent volontiers des titres de noblesse pour récompenser des mérites exceptionnels en faveur des Droits de l’Homme, des Arts, des Sciences et des Lettres. Ainsi les souverains d’Espagne, de Grande-Bretagne, de Belgique, décernent  toujours motu proprio la noblesse et des titres de noblesse héréditaires. Certaines personnes sollicitent parfois ces mêmes titres et il arrive qu’un roi ou une reine estime suffisant leurs mérites pour leur accorder.

 

Les anciens souverains déposés pour des raisons politiques, sans avoir abdiqué, conservent les mêmes prérogatives ainsi que leurs successeurs quand ils respectent les anciennes lois dynastiques de succession. Le plus souvent ils récompensent ainsi leurs soutiens et partisans.

Ces souverains actuels, déposés ou leurs successeurs possèdent tous en vertu du droit nobiliaire international, national et/ou coutumier un « ius honorum », droit d’honorer et récompenser par leur « fons honorum », fontaine  ou source symbolique d’honneurs, royales, parfois aussi princières ou  ducales. Certaines familles qui ont perdu leurs droits régaliens possèdent cependant et toujours depuis l’ancien régime une « fons honorum » reconnue par la coutume ou par une reconnaissance judiciaire. Ce dernier cas est fréquent en Italie comme par exemple pour les familles des princes Pacelli di Heristal, Thorbjorn, les princes d’Aoste de la Maison de Savoie, etc… (Tribunal italien de Raguse).

 

Il existe enfin des « Fons honorum »  purement ecclésiastiques qui par des Eglises chrétiennes catholique, orthodoxe, luthérienne décernent la noblesse et des titres de noblesse héréditaire pour honorer les meilleurs de leur membre. C’est à cette « Fons honorum » particulière que se rattache le « ius honorum » et les pouvoirs régaliens d’octroyer la noblesse ou des titres de la Maison royale, princière et ducale de Perna (Italie).  

 

De nos jours certaines personnes accordent de l’importance aux souverains en exercice, ou déposés, sans abdication, vu les aléas politiques et historiques de leur histoire dynastique. Parfois c’est un réel attachement dans la fidélité à une famille souveraine ou princière. C’est parfois aussi l’espoir souvent déçu, de l’anoblissement avec ou sans titre de noblesse. La première motivation est souvent la vanité. Mais plus sérieusement il y a des candidats qui possèdent une réelle noblesse de cœur, la seule qui compte vraiment. Ils vivent parfois « more nobilio » c’est-à-dire selon les mœurs et coutumes de la noblesse de toujours, Ils cultivent les valeurs anciennes et éternelles de la fidélité, de l’honneur, du respect des traditions particulièrement familiales. Ils gardent ainsi la vieille devise de la noblesse « Servir et maintenir ». Maintenir dans la fidélité aux traditions, servir son prochain, la communauté, l’Etat, et surtout le Christ dans son Eglise. Souvent aussi ils accordent de l’importance aux valeurs de la chevalerie, qui se retrouvent dans le scoutisme et dans les Droits de l’Homme. De même ils possèdent aussi fréquemment des armoiries familiales anciennes ou récentes et un arbre généalogique vérifié.

 

Des descendants d’anciennes familles jadis nobles , parfois titrées, ont perdu leur noblesse ou leurs titres à cause de la règle de la dérogeance (ne plus vivre « more nobilio ») , ou encore des changements de régime politique ou dynastique ; il y a aussi les revers de fortune ou tout simplement la malchance. Ces personnes peuvent aussi rétablir leur ancienne noblesse et leurs anciens titres via la réhabilitation et la confirmation du passé via une « fons honorum » authentique. La Maison Perna accepte volontiers de telles requêtes.

 

Le droit d’anoblir et de titrer

(ius honorum)

 

Ces « fontes honorum » authentiques sont rares et ne peuvent être confondues avec les nombreuses et mensongères officines nobiliaires d’internet qui ne sont ni plus ni moins que des spécialistes de l’escroquerie.

 

Quoiqu’il en soit des souverains, princes et ducs possèdent légitimement depuis le fond des âges une « fons honorum » par « iure sanguinis » qui est imprescriptible et de « droit divin », à moins que l’origine soit constitutionnelle au nom du Peuple souverain. Dans les traditions occidentales ou orientales cette fons honorum peut être aussi détenue ou transmise  par une Eglise chrétienne en vertu d’une légitime succession apostolique. Certains évêques, archevêques, patriarches, y compris le pape, possèdent traditionnellement un « ius disponendi » (droit d’usage) qui leur permet d’user d’une légitime « fons honorum » dont l’étendue est variable selon ses origines et les époques. C’est le droit d’anoblir, de décerner des titres de noblesse, de faire des concession d’armoiries, de distinctions, de décorations, et de titres ecclésiastiques. Un peu partout dans le monde ces titres peuvent être portés publiquement et sont souvent officiellement ou officieusement reconnus. Il est à remarquer que la Fons Honorum du Vatican est depuis plusieurs années dormante en ce qui concerne la noblesse et ses titres.

 

Ces « fontes honorum » peuvent être décernées à titre héréditaire aux chefs de certaines familles, à moins qu’ils ne soient délégués.C’était le cas des comtes palatins et des Vicaires du Saint Empire romain sous l’Ancien Régime.

 

La Fons honorum royale, princière et ducale de la Maison Perna

 

Malgré l’ancienneté de sa noblesse (remontant au Moyen-Age), la Maison italienne princière et ducale, n’appuie pas sa Fons honorum sur une reconnaissance des Tribunaux civils italiens ou sur le « ius sanguinis » imprescriptible d’Ancien Régime. La Fons honorum de la Maison Perna a été octroyée d’abord et principalement par la Lutheran Orthodox Church, archidiocèse de Virginia (U.S.A.).

 

Présentation de la noble Maison Perna (Italie)

 

Les origines de cette famille se situent à Valencia au Royaume d’Aragon en Espagne. D’ancienneté les Perna portaient comme armoiries : « D’azur à neuf perles d’argent disposées 1,2,3,2 et 1.  . Les Perna furent les Seigneurs feudataires  de Valencia. Vers 1226 une Dame Perna légua ses biens à l’abbé Alberto, Provincial des Carmes déchaux.  En 1302 Guerao Perna devient châtelain de Zamora et de Mazzara.

 

Plus tard les Perna émigrèrent à Catane en Sicile. Il portèrent alors le titre de noblesse de « nobilis » ou nobile. Vers 1483 Arcarolo Perna, installé à Catane, verra naître de sa descendance Bernard, sénateur. Un autre Arcarolo Perna, comme son frère  Ascanio, obtient le 23 avril 1574 le titre de     « Chevalier Royal » avec le prédicat de « don » réservé aux gentilshommes.

Les Perna étaient chevaliers héréditaires. Les lettres sont rendues exécutoires les 23 avril et 21 juin 1574. Cet Arcarolo fut aussi nommé à l’office de Capitaine de la Justice à Catane de 1575 à 1576 , puis de 1581 à 1582. Il acquis alors les fiefs de Bruca, Crixuno et Fiume Freddo. En 1624 Sante Perna devient Loreto Carmelengo avec le titre ecclésiastique de Monseigneur. En 1759-1775, Thomas Perna est nommé archiprêtre de l’église de l’Annonciation de Busso. En 1826 Joseph Perna est inhumé à Rome dans l’église de San Francisco Ripa en 1826.  Dans la nef droite devant la chapelle. Au XVIIIe siècle les Perna figurent parmi les familles nobles les plus importantes de Sicile, puis ultérieurement d’Italie..

 

 De 2003 à 2009, des recherches historiques et généalogiques approfondies établirent clairement l’importance historique importante du passé de la Maison Perna. Il en résulta que don Guerrino Perna fut honoré des titres de, prince du Saint-Esprit, duc de Zerod,  etc, avec le prédicat d’Altesse Royale Sérénissime. Depuis quelques années la Maison royale, princière et ducale de Perna en vertu de sa Fons Honorum reconnue octroie des titres héréditaires de noblesse pour récompenser les personnes méritantes. Elle réhabilite et confirme des titres anciens tombés en désuétude et octroie la chevalerie au sein de trois ordres.

 

(Voir le site « Historique de la Casato Perna », internet « Casato Perna »)

 

Bibliographie :

Philadelphe Mugnos , Théâtre des Familles des Royaumes de Sicile Ultra et Citra, vol.III, p.85A

A.Mungo Casalgerardo, Nobiliaro della Sicile, Vol II, p.62

Peter Zappasodi, Anagni à travers les siècles, Vol.II, pp.108 à 111

Gianbattista Masciotta, Le Molise de ses origines à nos jours, Vo.II, p.133

 

 

La Fons Honorum ecclésiastique de la Lutheran Orthodox Church

(Eglise Luthérienne Orthodoxe –Diocèse de Virginia –U.S.A.)

 

Aujourd’hui il n’y a pas que l’Eglise catholique romaine ou le Patriarcat œcuménique de Constantinople qui jouissent d’une Fons honorum (source d’honneurs)  pour récompenser les chrétiens méritants par des distinctions, des ordres de chevalerie, des titres d’honneur ecclésiastiques, ou même la noblesse , avec ou sans titre nobiliaire. Il y a aussi individuellement et traditionnellement  des évêques, archevêques, patriarches  catholiques, orthodoxes ou protestants de diverses origines  qui sont très licitement dotés d’une « fons honorum ».  C’est aussi le cas de l’Archevêque Luthérien Orthodoxe de Virginie ( U.S.A.). Selon d’anciennes traditions épiscopales il possède un « ius honorum » , droit légitime de décerner des honneurs, pour récompenser des personnes chrétiennes,  honorables et méritantes en octroyant des distinctions , des titres ecclésiastiques honorifiques, et même la noblesse et des titres nobiliaires. C’est par exemple le cas du Patriarche de Constantinople qui décerne le titre de noblesse héréditaire d’archonte,  le pape qui confère une douzaine d’ordres de chevalerie dont ceux du Saint Sépulcre ou de Malte, patriarche grec melchite (ordre chevaleresque de la sainte Croix) ,  le titre de vidame souvent héréditaire octroyé par des évêques catholiques, anglicans, luthériens, protestants ou catholiques indépendants, etc… Il y a aussi des distinctions honorifiques variées comme l’Ordre de Saint André l’apôtre (Constantinople), de Saint Etienne (Vienne), de Saint Augustin (Canterburry), de Saint Rombaut (Malines-Bruxelles)etc…

 

Ces fontes honorum ecclésiastiques parallèles aux fontes honorum laïques et séculières sont nées parfois d’une tradition millénaire. Ce ius honorum est le droit d’un pouvoir souverain et/ou spirituel (les deux furent souvent mêlés dans l’histoire)  qui prend racine dans la coutume, devenue parfois une loi, avec donc le droit de créer et de décerner la noblesse, des titres de noblesse, etc comme nous l’avons vu. La source d’honneurs vient de Dieu  dans les Eglises chrétiennes ou du Peuple souverain chez les rois ou empereurs, ou encore d’une tradition et d’un pouvoir héréditaire ancien via le ius sanguinis (droit du sang lié à l’ancien droit divin). La personne , ou parfois l’institution titulaire de la Fons honorum s’exprime dans la « potestas », puissance publique ou spirituelle, qui matérialise une souveraineté politique ou spirituelle venue du passé et vécue dans le présent en acte ou comme souvenir d’anciennes et respectables  traditions ouvrant vers le futur.

 

Les fontes honorum  ecclésiastiques sont  aussi toutes en relations avec un article du droit canon catholique romain : « Les sanctions expiatoires* qui peuvent affecter un délinquant, soit à perpétuité ou pour un temps indéterminé …sont les suivantes : …2° la privation d’un pouvoir, d’un office, d’une charge, d’un droit, d’un pouvoir, d’un titre, d’un insigne de distinction, même simplement honorifique. » (Droit canon, art.1136, §1) C’est la reconnaissance explicite dans l’Eglise catholique de l’existence d’honneurs et de titres même simplement honorifiques.   (* expiatoire : en guise de punition).

 

 

L’Archevêque de l’Eglise Eglise Luthérienne Orthodoxe  de Virginie (U.S.A.), le très Révérend Mgr Andrew J. McMenamin, D.D.,  a conféré le 31 juillet 2012 une fons honorum à S.A.R.S. le  prince Perna et à ses successeurs par primogéniture mâle. Grâce aux Lettres patentes (voir plus loin) de l’Archevêques il dispose ainsi d’un « ius honorum » lui  permettant de légitimement accorder  la noblesse et des titres de noblesse héréditaires, de réhabiliter et confirmer la noblesse ancienne et les titres de noblesse d’autrefois, et de conférer trois ordres de chevalerie pour honorer les personnes méritantes.

 

 Cette Eglise  est une Eglise pleinement catholique née au XVIe siècle quand en 1530 Martin Luther se sépara de l’Eglise Catholique romaine. Depuis ce temps elle a toujours été fidèle à la catholicité universelle (romaine et indépendante) et à la succession épiscopale apostolique qui remonte aux douze apôtres et à Notre Seigneur par l’imposition des mains.  « Dominus Jesus », l’important document œcuménique signé par le Cardinal Ratzinger (futur Benoît XVI), reconnaît notamment l’Eglise Luthérienne Orthodoxe comme une Eglise sœur et  indépendante comme beaucoup d’autres Eglises catholiques indépendantes.

 

Si cette Eglise luthérienne orthodoxe est une attachante petite et ancienne Eglise, elle est aussi remarquable par son dynamisme, son désintéressement absolu, son sérieux et son zèle apostolique, animée par un épiscopat et un clergé dynamiques. Elle est répartie sur une vingtaine de diocèse aux Etats-Unis et au Canada, et s’est étendue vers l’Inde, Haïti, Porto Rico. Ses émissions radiophoniques touchent environ cinq millions d’auditeurs.

 

L’Archevêque primat qui préside actuellement l’Eglise (2013) est le Très Révérend Dr Sam Guido, pasteur de la St Pauls Lutheran orthodox Church à Slatington, PA, U.S.A.

Le World Headquarters se situe à St Pauls Lutheran Orthodox Chapel, P.O.Box 74, à Neffs, PA 18065- U.S.A.

L’Archevêque de Virginia (U.S.A.) , le Dr Andrew J.Mcmenamin, il est vice-président du Corporate Officers.

Les questions concernant la Fons Honorum de l’Eglise de Virginia et les fontes honorum accordées exceptionnellement à quelques rares personnalités concernent aussi les « Corporate Officers » chargés des affaires séculières, temporelles, juridiques et laïques de l’Eglise. Les questions spirituelles dépendent du Governing Body (Council of the Bishops).

 

La Fons honorum accordée par la Lutheran Orthodox Church

à la Maison princière Perna

 

Les bases de la Fons honorum Perna reposent d’abord  sur les trois lettres patentes décernées à S.A.R.S. le Prince Perna la première le 31 juillet 2012 et les deux autres le 1er avril 2012. -

C’est le Jus disponendi : droit de disposer librement de ces droits régaliens.Ces trois lettres patentes se trouvent sur le site « Casato Perna » (mot clé internet).

 

 Les premières reconnaissent  et concèdent pour autant que besoin  au prince Guerrino Perna au nom de l’Eglise Luthérienne Orthodoxe une Fons honorum basée sur la reconnaissance de son « Jus honorum », « Jus disponendi », « Jus Majestatis » et « Jus imperii » :

 

-Jus disponendi : droit de disposer librement des droits régaliens qui suivent.

-Jus honorum : droit d’accorder des honneurs (dont la noblesse,  des titres de noblesse, des armoiries) .

-Jus majestatis : droit de jouir personnellement des honneurs propres aux souverain.

-Jus imperii : droit de jouir personnellement et disposer de l’autorité souveraine, au moins symboliquement.

 

Les deux secondes lettres patentes accordée aussi par la Lutheran Orthodox Church (Virginia-U.S.A.)  le 1er avril 2012  accordent  à S.A.R.S. don Guerrino Perna   d’abord une « Commission de Fons Honorum » liée au titre de Duc de Paipa accordée par la Lutheran Orthodox Church (Virginia-U.S.A) ; par Commission il faut entendre un acte de l’Autorité (ici l’Eglise Luthérienne) donnant à quelqu’un charge et pouvoir pour remplir une mission pour un temps déterminé ou indéterminé (ce qui est le cas ici). Suit alors  une Charte destinée au Prince Guerrino Perna  reconnaissant son autorité comme titulaire du droit de fonder , organiser et gouverner trois ordres de chevalerie chrétienne reconnus par la Lutheran Orthodox Church (Virginia) :

-l’Ordre de la Milice du Saint-Esprit

-l’Ordre des Légions romaines

-l’Ordre Militaire International du Mérite.

 

 

RECONNAISSANCES ECCLESIASTIQUES DIVERSES

DE LA LUTHERAN ORTHODOX CHURCH

ET DE LA MAISON ROYALE, PRINCIERE ET DUCALE

DE PERNA

 

 

Eglises :

 

Anglican Orthodox Church of Brasil

Igreja Anglicana Ortodoxa no Brasil

Decreto Primacial n° 024/2013

avec bénédiction apostolique

 

Chiesa Luterana Ortodossa

Benedizione Apostolico – 1er avril 2012

 

Chiesa Ortodossa Autocefala d’Europa

Arcivescovo-Primate d’Italia – Basilio III

« Noi, Basilio III, prendiamo sotto la nostra protezione il nostro devoto

Principe S.A.S. Don Guerrino Antonio I di Valencia y Paipa

Principe Perna de Jure dello Spirito Santo, Duca di paipa.

Con Santa Benedizione

Padre, Figlio, Spiritu Santo. Amin »

(s) Basilio III, 1e mars 2012

 

Ecclesia catholica

Reconnaissance de Mgr Francesco Miccichè

Vescovo di Trapani

11 avril 2010

 

Eglise Orthodoxe Métropole d’Europe

Reconnaissance

Bénédiction apostolique du Primat Métropolite d’Europe

Sa Béatitude Nicolas

Chapelle N.D. de tendresse

2, rue Clouet à 75015 Paris

« Nous accordons notre bénédiction apostolique et notre protection à S.E. Don Guerrino Perna » (s) Sa Béatitude Nicolas – le 13 mai 2010

 

 

ANNEXE

 

Lettres patentes Jus Honorum

 

 

Lutheran Orthodox Church - Diocese of Virginia

356 Green View Road, Moyock, NC 27958 U.S.A.

Phone : (252)435-6179/ Cell.(757)739-4969

www.loeva.org

Office of the Archbishop

 

 

LETTERS PATENT

July 31, 2012

 

Grace, Peace and all Benediction in the Name of Our Lord Jesus Christ. Amen.

 

Be it known to all present, that having demonstrated the principles of promoting the Christian Faith,  Christian  Knighthood and Christian Chivalry, the Archbishop of Virginia by the mercy of God, 

The Very Reverend Andrew J.McMenamin, cordially imparts this :

 

 

Letters patent to His Excellency the Chevalier and Grand Master S.A.R.and S.

Don Guerrino Perna , Prince of Kovel, Count of the Holy Spirit and Duke of Paipa

Acknowledging your authority of

 

Jus Honorum + Jus Disponendi + Jus Majestatis + Ius Imperii

 

HEREBY Granted on this feast of St Calimerlus (Martyred Bishop of Milan, Italy) with my Apostolic Blessing and the Spiritual protection of this Church.

 

In Nomine + Patris,et + Filii, et + Spiritus Sancti. Amen.

 

Manuscript signature of

 

The Very Reverend Andrew J.McMeanamin, D.Min.OCR

Archbishop, Diocese of Virginia

The Lutheran Orthodox Church

OCR Rector of Norfolk

 

 

International Headquarters

The Lutheran Orthodox Church Inc.

P.O.Box 74, North P.A. 18065 – U.S.A.

 

 

 

 

Lettres Patentes : Commission  Jus Honorum

 

Lutheran Orthodox Church - Diocese of Virginia

356 Green View Road, Moyock, NC 27958 U.S.A.

Phone : (252)435-6179/ Cell.(757)739-4969

www.loeva.org

Office of the Archbishop

 

LETTERS PATENT

April 1, 2012

 

Grace, Peace and all Benediction in the Name of Our Lord Jesus Christ. Amen.

 

Be it known to all present, that having demonstrated the principles of promoting the Christian Faith,  Christian  Knighthood and Christian Chivalry, the Archbishop of Virginia by the mercy of God, 

 

The Very Reverend Andrew J.McMenamin, cordially imparts this :

 

Commission Jus Honorum

 

to his Excellency the Chevalier and Grand Master

S.A.S. Don Guerino Perna

Principe dello Spiritu Santo

to assume the Honorary title of

 

Duke of Paipa

 

Hereby granted of this feast of St Callach (Archbishop of Armagh, Ireland)

with my Apostolic blessing and the spiritual protection of this Church.

In Nomine + Patris, et Filii +, et Spiritus Sancti. Amen.

 

Manuscript signature of

 

The Very Reverend Andrew J.McMeanamin, D.Min.OCR

Archbishop, Diocese of Virginia

The Lutheran Orthodox Church

OCR Rector of Norfolk

 

International Headquarters

The Lutheran Orthodox Church Inc.

P.O.Box 74, North P.A. 18065 – U.S.A.

[Cc1] 

A Lutheran Church in Historic Apostolic Succession

 

 

 

 

Lettres Patentes :  Charter to Don Guerrino Perna

 

 

Lutheran Orthodox Church - Diocese of Virginia

356 Green View Road, Moyock, NC 27958 U.S.A.

Phone : (252)435-617  9/ Cell.(757)739-4969

www.loeva.org

Office of the Archbishop

 

LETTERS PATENT

April 1, 2012

 

Grace, Peace and all Benediction in the Name of Our Lord Jesus Christ. Amen.

 

Be it known to all present, that having demonstrated the principles of promoting the Christian Faith,  Christian  Knighthood and Christian Chivalry,

the Archbishop of Virginia by the mercy of God,

The Very Reverend Andrew J.McMenamin, cordially imparts this :

 

CHARTER

 

to His Excellency the Chevalier and Grand Master

S.A.S. Don Guerrino Perna

Principe dello Spirito Santo

 

To organization and establish in perpetuity

 

The Militia of the Holy Ghost

and

The Order of the Roman Legions

and

The International Military Order of Merit,

 

on Independent and Self-Governing Christian Orders

 

Hereby granted of this feast of St Callach (Archbishop of Armagh, Ireland)

with my Apostolic blessing and the spiritual protection of this Church.

In Nomine + Patris, et Filii +, et Spiritus Sancti. Amen.

 

Manuscript signature of

The Very Reverend Andrew J.McMeanamin, D.Min.OCR

Archbishop, Diocese of Virginia

The Lutheran Orthodox Church

OCR Rector of Norfolk

 International Headquarters

The Lutheran Orthodox Church Inc.

P.O.Box 74, North P.A. 18065 – U.S.A.

 

Fine modulo

 

 Professeur Claude Chaussier

 

Past Professor Université de Lille

 

 

 

Lord of Montjoy (U.K.)

 

 

 

 

 

LA CONCESSION DE TITRES DE NOBLESSE PAR LA MAISON ROYALE,

 

PRINCIERE ET DUCALE DE PERNA

 

 

 

 I

 

 

 

Fons Honorum accordée par

 

la Lutheran Orthodox Church(Virginia-U.S A.)

 

à don Guerrino Perna

 

 

 

 

 

I. LA CONCESSION DE TITRES DE NOBLESSE PAR LA MAISON ROYALE,

 

PRINCIERE ET DUCALE DE PERNA

 

 

 

 

 

 

 

Désirs de noblesse

 

 

 

Encore aujourd’hui au XXIe siècle certains souverains européens en fonction concèdent volontiers des titres de noblesse pour récompenser des mérites exceptionnels en faveur des Droits de l’Homme, des artes des Sciences et des Lettres. Ainsi les souverains d’Espagne, de Grande-Bretagne, de Belgique, décernent  toujours motu proprio la noblesse et des titres de noblesse héréditaires. Certaines personnes sollicitent parfois ces mêmes titres et il arrive qu’un roi ou une reine estime suffisant leurs mérites pour leur accorder.

 

 

 

Les anciens souverains déposés pour des raisons politiques, sans avoir abdiqué, conservent les mêmes prérogatives ainsi que leurs successeurs quand ils respectent les anciennes lois dynastiques de succession. Le plus souvent ils récompensent ainsi leurs soutiens et partisans.

 

Ces souverains actuels, déposés ou leurs successeurs possèdent tous en vertu du droit nobiliaire international, national et/ou coutumier un « ius honorum », droit d’honorer et récompenser par leur « fons honorum », fontaine  ou source symbolique d’honneurs, royales, parfois aussi princières ou  ducales. Certaines familles qui ont perdu leurs droits régaliens possèdent cependant et toujours depuis l’ancien régime une « fons honorum » reconnue par la coutume ou par une reconnaissance judiciaire. Ce dernier cas est fréquent en Italie comme par exemple pour les familles des princes Pacelli di Heristal, Thorbjorn, les princes d’Aoste de la Maison de Savoie, etc… (Tribunal italien de Raguse).

 

 

 

Il existe enfin des « Fons honorum »  purement ecclésiastiques qui par des Eglises chrétiennes catholique, orthodoxe, luthérienne décernent la noblesse et des titres de noblesse héréditaire pour honorerles meullieurs de leur membre. C’est à cette « Fons honorum » particulière que se rattache le « ius honorum » et les pouvoirs régaliens d’octroyer la noblesse ou des titres de la Maison royale, princière et ducale de Perna (Italie).  

 

 

 

De nos jours certaines personnes accordent de l’importance aux souverains en exercice, ou déposés, sans abdication, vu les aléas politiques et historiques de leur histoire dynastique. Parfois c’est un réel attachement dans la fidélité à une famille souveraine ou princière. C’est parfois aussi l’espoir souvent déçu, de l’anoblissement avec ou sans titre de noblesse. La première motivation est souvent la vanité. Mais plus sérieusement il y a des candidats qui possèdent une réelle noblesse de cœur, la seule qui compte  vraiment. Ils vivent parfois « more nobilio » c’est-à-dire selon les mœurs et coutumes de la noblesse de toujours. Ils cultivent les valeurs anciennes et éternelles de la fidélité, de l’honneur, du respect des traditions particulièrement familiales. Ils gardent ainsi la vieille devise de la noblesse « Servir et maintenir ». Maintenir dans la fidélité aux traditions, servir son prochain, la communauté, l’Etat, et surtout le Christ dans son Eglise. Souvent aussi ils accordent de l’importance aux valeurs de la chevalerie, qui se retrouvent dans le scoutisme et dans les Droits de l’Homme. De même ils possèdent aussi fréquemment des armoiries familiales anciennes ou récentes et un arbre généalogique vérifié.

 

 

 

Des descendants d’anciennes familles jadis nobles , parfois titrées, ont perdu leur noblesse ou leurs titres à cause de la règle de la dérogeance (ne plus vivre « more nobilio ») , ou encore des changements de régime politique ou dynastique ; il y a aussi les revers de fortune ou tout simplement la malchance. Ces personnes peuvent aussi rétablir leur ancienne noblesse et leurs anciens titres via la réhabilitation et la confirmation du passé via une « fons honorum » authentique. La Maison Perna accepte volontiers de telles requêtes.

 

 

 

Le droit d’anoblir et de titrer

 

(ius honorum)

 

 

 

Ces « fontes honorum » authentiques sont rares et ne peuvent être confondues avec les nombreuses et mensongères officines nobiliaires d’internet qui ne sont ni plus ni moins que des spécialistes de l’escroquerie.

 

 

 

Quoiqu’il en soit des souverains, princes et ducs possèdent légitimement depuis le fond des âges une « fons honorum » par « iure sanguinis » qui est imprescriptible et de « droit divin », à moins que l’origine soit constitutionnelle au nom du Peuple souverain. Dans les traditions occidentales ou orientales cette fons honorum peut être aussi détenue ou transmise  par une Eglise chrétienne en vertu d’une légitime succession apostolique. Certains évêques, archevêques, patriarches, y compris le pape, possèdent traditionnellement un « ius disponendi » (droit d’usage) qui leur permet d’user d’une légitime « fons honorum » dont l’étendue est variable selon ses origines et les époques. C’est le droit d’anoblir, de décerner des titres de noblesse, de faire des concession d’armoiries, de distinctions, de décorations, et de titres ecclésiastiques. Un peu partout dans le monde ces titres peuvent être portés publiquement et sont souvent officiellement ou officieusement reconnus. Il est à remarquer que la Fons Honorum du Vatican est depuis plusieurs années dormante en ce qui concerne la noblesse et ses titres.

 

 

 

Ces « fontes honorum » peuvent être décernées à titre héréditaire aux chefs de certaines familles, à moins qu’ils ne soient délégués.C’était le cas des comtes palatins et des Vicaires du Saint Empire romain sous l’Ancien Régime.

 

 

 

La Fons honorum royale, princière et ducale de la Maison Perna

 

 

 

Malgré l’ancienneté de sa noblesse (remontant au Moyen-Age), la Maison italienne princière et ducale, n’appuie pas sa Fons honorum sur une reconnaissance des Tribunaux civils italiens ou sur le « ius sanguinis » imprescriptible d’Ancien Régime. La Fons honorum de la Maison Perna a été octroyée d’abord et principalement par la Lutheran Orthodox Church, archidiocèse de Virginia (U.S.A.).

 

 

 

Présentation de la noble Maison Perna (Italie)

 

 

 

Les origines de cette famille se situent à Valencia au Royaume d’Aragon en Espagne. D’ancienneté les Perna portaient comme armoiries : « D’azur à neuf perles d’argent disposées 1,2,3,2 et 1.  . Les Perna furent les Seigneurs feudataires  de Valencia. Vers 1226 une Dame Perna légua ses biens à l’abbé Alberto, Provincial des Carmes déchaux.  En 1302 Guerao Perna devient châtelain de Zamora et de Mazzara.

 

 

 

Plus tard les Perna émigrèrent à Catane en Sicile. Il portèrent alors le titre de noblesse de « nobilis » ou nobile. Vers 1483 Arcarolo Perna, installé à Catane, verra naître de sa descendance Bernard, sénateur. Un autre Arcarolo Perna, comme son frère  Ascanio, obtient le 23 avril 1574 le titre de     « Chevalier Royal » avec le prédicat de « don » réservé aux gentilshommes.

 

Les Perna étaient chevaliers héréditaires. Les lettres sont rendues exécutoires les 23 avril et 21 juin 1574. Cet Arcarolo fut aussi nommé à l’office de Capitaine de la Justice à Catane de 1575 à 1576 , puis de 1581 à 1582. Il acquis alors les fiefs de Bruca, Crixuno et Fiume Freddo. En 1624 Sante Perna devient Loreto Carmelengo avec le titre ecclésiastique de Monseigneur. En 1759-1775, Thomas Perna est nommé archiprêtre de l’église de l’Annonciation de Busso. En 1826 Joseph Perna est inhumé à Rome dans l’église de San Francisco Ripa en 1826.  Dans la nef droite devant la chapelle. Au XVIIIe siècle les Perna figurent parmi les familles nobles les plus importantes de Sicile, puis ultérieurement d’Italie..

 

 

 

 De 2003 à 2009, des recherches historiques et généalogiques approfondies établirent clairement l’importance historique importante du passé de la Maison Perna. Il en résulta que don Guerrino Perna fut honoré des titres de, prince du Saint-Esprit, duc de Zerod,  etc, avec le prédicat d’Altesse Royale Sérénissime. Depuis quelques années la Maison royale, princière et ducale de Perna en vertu de sa Fons Honorum reconnue octroie des titres héréditaires de noblesse pour récompenser les personnes méritantes. Elle réhabilite et confirme des titres anciens tombés en désuétude et octroie la chevalerie au sein de trois ordres.

 

 

 

(Voir le site « Historique de la Casato Perna », internet « Casato Perna »)

 

 

 

Bibliographie :

 

Philadelphe Mugnos , Théâtre des Familles des Royaumes de Sicile Ultra et Citra, vol.III, p.85A

 

A.Mungo Casalgerardo, Nobiliaro della Sicile, Vol II, p.62

 

Peter Zappasodi, Anagni à travers les siècles, Vol.II, pp.108 à 111

 

Gianbattista Masciotta, Le Molise de ses origines à nos jours, Vo.II, p.133

 

 

 

 

 

La Fons Honorum ecclésiastique de la Lutheran Orthodox Church

 

(Eglise Luthérienne Orthodoxe –Diocèse de Virginia –U.S.A.)

 

 

 

Aujourd’hui il n’y a pas que l’Eglise catholique romaine ou le Patriarcat œcuménique de Constantinople qui jouissent d’une Fons honorum (source d’honneurs)  pour récompenser les chrétiens méritants par des distinctions, des ordres de chevalerie, des titres d’honneur ecclésiastiques, ou même la noblesse , avec ou sans titre nobiliaire. Il y a aussi individuellement et traditionnellement  des évêques, archevêques, patriarches  catholiques, orthodoxes ou protestants de diverses origines  qui sont très licitement dotés d’une « fons honorum ».  C’est aussi le cas de l’Archevêque Luthérien Orthodoxe de Virginie ( U.S.A.). Selon d’anciennes traditions épiscopales il possède un « ius honorum » , droit légitime de décerner des honneurs, pour récompenser des personnes chrétiennes,  honorables et méritantes en octroyant des distinctions , des titres ecclésiastiques honorifiques, et même la noblesse et des titres nobiliaires. C’est par exemple le cas du Patriarche de Constantinople qui décerne le titre de noblesse héréditaire d’archonte,  le pape qui confère une douzaine d’ordres de chevalerie dont ceux du Saint Sépulcre ou de Malte, patriarche grec melchite (ordre chevaleresque de la sainte Croix) ,  le titre de vidame souvent héréditaire octroyé par des évêques catholiques, anglicans, luthériens, protestants ou catholiques indépendants, etc… Il y a aussi des distinctions honorifiques variées comme l’Ordre de Saint André l’apôtre (Constantinople), de Saint Etienne (Vienne), de Saint Augustin (Canterburry), de Saint Rombaut (Malines-Bruxelles)etc…

 

 

 

Ces fontes honorum ecclésiastiques parallèles aux fontes honorum laïques et séculières sont nées parfois d’une tradition millénaire. Ce ius honorum est le droit d’un pouvoir souverain et/ou spirituel (les deux furent souvent mêlés dans l’histoire)  qui prend racine dans la coutume, devenue parfois une loi, avec donc le droit de créer et de décerner la noblesse, des titres de noblesse, etc comme nous l’avons vu. La source d’honneurs vient de Dieu  dans les Eglises chrétiennes ou du Peuple souverain chez les rois ou empereurs, ou encore d’une tradition et d’un pouvoir héréditaire ancien via le ius sanguinis (droit du sang lié à l’ancien droit divin). La personne , ou parfois l’institution titulaire de la Fons honorum s’exprime dans la « potestas », puissance publique ou spirituelle, qui matérialise une souveraineté politique ou spirituelle venue du passé et vécue dans le présent en acte ou comme souvenir d’anciennes et respectables  traditions ouvrant vers le futur.

 

 

 

Les fontes honorum  ecclésiastiques sont  aussi toutes en relations avec un article du droit canon catholique romain : « Les sanctions expiatoires* qui peuvent affecter un délinquant, soit à perpétuité ou pour un temps indéterminé …sont les suivantes : …2° la privation d’un pouvoir, d’un office, d’une charge, d’un droit, d’un pouvoir, d’un titre, d’un insigne de distinction, même simplement honorifique. » (Droit canon, art.1136, §1) C’est la reconnaissance explicite dans l’Eglise catholique de l’existence d’honneurs et de titres même simplement honorifiques.   (* expiatoire : en guise de punition).

 

 

 

 

 

L’Archevêque de l’Eglise Eglise Luthérienne Orthodoxe  de Virginie (U.S.A.), le très Révérend Mgr Andrew J. McMenamin, D.D.,  a conféré le 31 juillet 2012 une fons honorum à S.A.R.S. le  prince Perna et à ses successeurs par primogéniture mâle. Grâce aux Lettres patentes (voir plus loin) de l’Archevêques il dispose ainsi d’un « ius honorum » lui  permettant de légitimement accorder  la noblesse et des titres de noblesse héréditaires, de réhabiliter et confirmer la noblesse ancienne et les titres de noblesse d’autrefois, et de conférer trois ordres de chevalerie pour honorer les personnes méritantes.

 

 

 

 Cette Eglise  est une Eglise pleinement catholique née au XVIe siècle quand en 1530 Martin Luther se sépara de l’Eglise Catholique romaine. Depuis ce temps elle a toujours été fidèle à la catholicité universelle (romaine et indépendante) et à la succession épiscopale apostolique qui remonte aux douze apôtres et à Notre Seigneur par l’imposition des mains.  « Dominus Jesus », l’important document œcuménique signé par le Cardinal Ratzinger (futur Benoît XVI), reconnaît notamment l’Eglise Luthérienne Orthodoxe comme une Eglise sœur et  indépendante comme beaucoup d’autres Eglises catholiques indépendantes.

 

 

 

Si cette Eglise luthérienne orthodoxe est une attachante petite et ancienne Eglise, elle est aussi remarquable par son dynamisme, son désintéressement absolu, son sérieux et son zèle apostolique, animée par un épiscopat et un clergé dynamiques. Elle est répartie sur une vingtaine de diocèse aux Etats-Unis et au Canada, et s’est étendue vers l’Inde, Haïti, Porto Rico. Ses émissions radiophoniques touchent environ cinq millions d’auditeurs.

 

 

 

L’Archevêque primat qui préside actuellement l’Eglise (2013) est le Très Révérend Dr Sam Guido, pasteur de la St Pauls Lutheran orthodox Church à Slatington, PA, U.S.A.

 

Le World Headquarters se situe à St Pauls Lutheran Orthodox Chapel, P.O.Box 74, à Neffs, PA 18065- U.S.A.

 

L’Archevêque de Virginia (U.S.A.) , le Dr Andrew J.Mcmenamin, il est vice-président du Corporate Officers.

 

Les questions concernant la Fons Honorum de l’Eglise de Virginia et les fontes honorum accordées exceptionnellement à quelques rares personnalités concernent aussi les « Corporate Officers » chargés des affaires séculières, temporelles, juridiques et laïques de l’Eglise. Les questions spirituelles dépendent du Governing Body (Council of the Bishops).

 

 

 

La Fons honorum accordée par la Lutheran Orthodox Church

 

à la Maison princière Perna

 

 

 

Les bases de la Fons honorum Perna reposent d’abord  sur les trois lettres patentes décernées à S.A.R.S. le Prince Perna la première le 31 juillet 2012 et les deux autres le 1er avril 2012. -

 

C’est le Jus disponendi : droit de disposer librement de ces droits régaliens.Ces trois lettres patentes se trouvent sur le site « Casato Perna » (mot clé internet).

 

 

 

 Les premières reconnaissent  et concèdent pour autant que besoin  au prince Guerrino Perna au nom de l’Eglise Luthérienne Orthodoxe une Fons honorum basée sur la reconnaissance de son « Jus honorum », « Jus disponendi », « Jus Majestatis » et « Jus imperii » :

 

 

 

-Jus disponendi : droit de disposer librement des droits régaliens qui suivent.

 

-Jus honorum : droit d’accorder des honneurs (dont la noblesse,  des titres de noblesse, des armoiries) .

 

-Jus majestatis : droit de jouir personnellement des honneurs propres aux souverain.

 

-Jus imperii : droit de jouir personnellement et disposer de l’autorité souveraine, au moins symboliquement.

 

 

 

Les deux secondes lettres patentes accordée aussi par la Lutheran Orthodox Church (Virginia-U.S.A.)  le 1er avril 2012  accordent  à S.A.R.S. don Guerrino Perna   d’abord une « Commission de Fons Honorum » liée au titre de Duc de Paipa accordée par la Lutheran Orthodox Church (Virginia-U.S.A) ; par Commission il faut entendre un acte de l’Autorité (ici l’Eglise Luthérienne) donnant à quelqu’un charge et pouvoir pour remplir une mission pour un temps déterminé ou indéterminé (ce qui est le cas ici). Suit alors  une Charte destinée au Prince Guerrino Perna  reconnaissant son autorité comme titulaire du droit de fonder , organiser et gouverner trois ordres de chevalerie chrétienne reconnus par la Lutheran Orthodox Church (Virginia) :

 

-l’Ordre de la Milice du Saint-Esprit

 

-l’Ordre des Légions romaines

 

-l’Ordre Militaire International du Mérite.